Extraits du texte

Ludwig : Alors pour les p’tits chorizos qui sont devant, évidemment on dépasse pas la corde rouge. C’est pas la foire au jambon. Et puis pour les grands, si jamais ça s’énerve, la progéniture on hésite pas, hein !?

Milou : Bien, bonjour, bienvenue. Je me présente, je suis Mlle Milou, Docteur Honoris Causa en littérature lupine appliquée. Oui ça peut arriver à tout le monde… Je suis diplômée de l’université de la Sorbonne en 1994, je suis la 1ère femme diplômée dans cette discipline.

Ludwig : Ludwig

Milou : C’est tout ce que tu dis ?

Ludwig : C’est déjà pas mal !

Milou : Bien, nous allons passer une petite heure ensemble à discuter du loup, de l’homme … enfin une petite conférence. Et bien, commençons, c’est parti. Ludwig, y a pas les chaises !

………………….

Milou : Kif kif bourricot. On peut dire qu’ils sont de la même famille, le Loup et le chien, il sont cousins

Ludwig : Moi ça me pose une question quand même, si le chien descend du loup et que le chien est le meilleur ami de l’homme, on est tous d’accord avec ça, hein ? Alors pourquoi l »homme déteste le loup au point de vouloir l’éliminer ?

Milou : Et bien ça, c’est tout bête. On peut dire que l’homme il a la trouille, il a les chocottes en quelques sortes…et oui, le loup c’est un animal sauvage, il fait peur. Et l’homme, il a peur du sauvage.

Ludwig: Ah oui ….quand on a peur, qu’est ce qu’on fait, hein …. on rejette.

Milou : On méprise, on ridiculise. La peur ça entraîne la haine, l’hostilité … même que l’autre devient son ennemi et puis on le rejette.

Ludwig: Et tellement on a la trouille, parfois même on l’extermine, un peu comme les indiens tout à l’heure.

Milou: C’est ça ! La peur c’est très irrationnel, des fois on sait pas pourquoi on a peur de quelque chose …ça peut-être n’importe quoi. Tiens par exemple aujourd’hu Ludwii, de quoi on a peur ?

Ludwig : Ça, c’est pas difficile ! Des étrangers !

Milou: Oui, on a peur de la différence …. il y a aussi l’inconnu, la nouveauté, le changement.

Ludwig: On peut aussi avoir peur du vide,

Milou : Des ascenseurs, de l’eau, de la foule, des petites choses insignifiantes

Ludwig : Du noir

Milou : D’autres animaux …des araignées, des serpents, des … ah tiens Ludwig, va ça te dire quelque chose ça …tu sais des petites bebêtes, qui vivent en colonies … avec des mandibules, hein Ludwig ?!

Ludwig : Oui, c’est bon, c’est bon, ça va …quand j’étais petit j’avais peur des fourmis ..Mais j’ai fini par vaincre ma peur …et vaincre sa peur, ça fait …?… Grandir !
………………….

Milou : Donc il aperçoit un bon gros toutou bien gras.
« Ho ben dis donc, t’es beau comme tout, t’as le poil qui brille, tu sens bon la savonnette, t’es tout propre ….et regarde moi ça, ce bon gros bedon. Comment tu fais, cousin ? »

Ludwig : Hé, hé ! C’est pas difficile. Si tu veux, tu peux être comme moi. Tu as juste à faire comme moi.

Milou : Ha d’accord, et je dois faire quoi ?

Ludwig : Bah ! c’est pascompliqué. Tu gardes la maison, tu aboies quand le facteur passe, tu montres les crocs pour faire peur, tu remues la queue pour faire plaisir à ton maître quand il te caresse, et tu ramènes la baballe. Et en récompense, t’es bien nourri, t’as de la pâté, des fois le dimanche des os de poulet, des croûtes de fromage, de la glace à la vanille…

Milou : Ha ouais ! Mais c’est quoi ça autour de ton cou ?

Ludwig : Ha ça ! C’est rien ! C’est mon collier.

Milou : Ah bon, mais pour quoi faire ?

Ludwig: On m’attache avec une laisse, dans le jardin ou pour la promenade avec mon maître.

Milou : Tu peux pas aller où tu veux et quand tu veux ?

Ludwig : Si ! Heu ! Non ! Ho, de temps en temps je me sauve. Mais mon maître n’aime pas ça, c’est pour ça qu’il m’attache. Mais moi je m’en fiche, j’aime bien ma vie. Pépère ! promenade, gamelle, gratouille le ventre … baballe, baballe ?…

Milou : Que grand bien te fasse ! Quant à moi, tant pis si je reste maigre. Mais je ne voudrais pas d’un royaume ni d’un trésor, s’il doit m’en coûter …. la liberté !
Allez, Toutou, va chercher ! Donne – fait le beau . c’est bien … allez coucouche panier !
Alors, le loup ? le chien ? L’homme ? Kif kif bourricot ? … ça connecte ?

Ludwig: He oui, de quoi doit-on avoir le plus peur : être libre et plutôt maigre ou gras et soumis ?

Milou : Ça connecte ?? C’est une bonne question Ludwig. Ce n’est pas toujours facile de ne pas être un mouton. La liberté a un prix et pour le loup, ce prix c’est la chasse, il doit se débrouiller tout seul pour manger, personne ne lui serre la pâté.

Ludwig : Hé oui, mes p’tits tournedos ! Souvent on rentre bredouille, on ne trouve pas toujours du gibier.

Milou : Même pour un excellent chasseur.
………………….

Milou : Ludwig, qu’est ce qui te prend ! arrête tu vas faire peur aux enfants…

Ludwig : On s’amuse…

Milou : Mais Ludwig, tu vas faire peur aux enfants … arrête Ludwig, j’ai peur , j’ai peur …

Ludwig : Na mais t’es une chochotte au quoi ? Ça va, tu vas pas en me faire tout un plat, toute une histoire …

Milou : Une histoire, une histoire .. mais Ludwig , ça va pas la tête, réfléchis un peu …. qu’est ce qu’on est venu faire, ? on est venu réhabiliter le loup, on est venu montrer que le loup, il est gentil. On se sert toujours du loup pour faire peur aux enfants, alors que le loup il est gentil . C’est vrai, tiens, qu’est ce qu’elle te dit ta mère si tu n’es pas sage, « attention, si tu ranges pas ta chambre le loup va te dévorer », et toi « si tu manges pas ta soupe, ma bichette, le loup te va .. couic »
Alors que le loup, il est gentil ? Faut pas croire tout ce qu’on raconte, toutes ces histoires .. Le loup c’est l’autre histoire, la grande histoire, celle de l’humanité – Romulus et Rémus, Rome …les bébés dans le couffin sur la rivière, c’est lui … et puis la littérature, « Croc Blanc », et puis « Le livre de la Jungle ».Mougli c’est lui qui l’a recueill , qui lui a fait téter sa mamelle et pour le protéger a su le confier à ce gros balourd ours et à la panthère – ça prouve bien que le loup ne mange pas les enfants … Ah ! et ce chef d’oeuvre du 7ème art, … Socks, …

Ludwig : Oui, non, mais c’est vrai que c’est faux, Milou !

………………….

Milou : Remontons à la préhistoire …… au temps où le Loup et l’homme vivaient côte à côte, au temps où ils s’entendaient bien !
Au temps d’Homo Habilis, l’homme habile. On l’appelle comme ça, car c’est le premier à confectionner des outils et des armes avec des pierres taillés. Finis les gourdins ! Grâce à ses armes, il se met à chasser pour manger.
Arrive ensuite Homo Erectus, l’homme debout, qui perfectionne ces armes. D’après d’éminents spécialistes universitaires, des collègues, il se serait inspiré des méthodes du loup pour mieux traquer ses proies : chasse en meute, encerclement des proies, ruse de sioux pour le faire tomber dans des pièges. Dans ce temps là, tout le monde est content ou presque, tout le monde trouvait à manger ou presque. Bon c’est un peu la jungle quand même !
Puis des millions d’années après, qui voilà ! Homo Sapiens, celui dont nous sommes les descendants. Et oui, on a tendance à l’oublier mais on est l’homme qui pense ! Alors lui, il chasse toujours, mais en plus, il commence à construire des maisons, à faire de l’agriculture, à élever des animaux. C’est lui qui dresse le loup pour en faire des toutous. Il accumule de la nourriture, beaucoup de nourriture. Le sens de la propriété apparaît un peu partout … un peu partout … un peu partout … enfin surtout partout. Et quand on accumule, on cherche à protéger son bien, sa terre, son territoire. L’autre devient un danger, il faut le combattre, alors on est prêt à la zigouiller si besoin. Donc l’homme se regroupe et construit des maisons côté à côté pour se protéger … pour une fois il est solidaire … alors des maisons + des maisons ça fait des villages. Des villages + des villages ça fait des villes, puis des villes + des villes ça fait des mégapoles.
Seulement le loup, et d’autres animaux bien sur, n’ont plus de place. Ils fuient de plus en plus loin. Leur territoire se rétrécit, il est de plus en plus petit et ils ont de moins en moins de proies à manger. Alors le loup, à un moment, il a faim, il a la dalle . Alors qu’est ce qu’il fait .. et bien comme nous, quand le frigo est vide, on va au supermarché et bien lui le loup, il redescend dans la vallée, il va chercher à manger là où il y en a, dans les élevages, Et ça, ça plaît pas aux hommes, aux éleveurs, ni aux politiques. Bon alors, c’est vrai il kidnappe, on peut même dire qu’il bute un ou deux moutons, il vole une ou deux poules, mais c’est pas de sa faute …

Ludwig : Oui, il bute un mouton ou il vole une poule …mais c’est parce qu’il a faim, le loup, faut bien qu’il se nourrisse, lui et sa meute.
Enfin ! C’est kif kif bourricot !Et nous aussi, on le voit chez nous dans la rue là, y a bien des gens qui tendent la main pour pouvoir manger ? Mais le loup il peut pas, il va pas tendre sa patte ? Alors,oui, il bute un mouton ou il vole une poule
Et chez nous, y en a qui ose pas tendre la main, ils ont honte. Alors qu’est-ce qu’ils font ? Ils vont dans un supermarché voler un paquet de pattes ou de riz. Et pour ça, ils se retrouvent en prison. On l’a vu !
Et le loup,lui si il vole, on le bute ! Kif kif bourricot !
Faut se poser la question : « Est ce que c’est mal de voler pour manger quand on a faim ?». C’est vrai, voler devient peut être une nécessité dans ces cas là. Une question de survie…Manger c’est primordial pour tout le monde.
Tiens, des fois même, on retrouve des poubelles das leur ventre tellement ils ont faim !